lundi 6 décembre 2010

Confessions esthétiques


Est-ce l'effet de ces maudites photos ou celui de mes dernières semaines en terre trentenaire (aïe rien que de le dire...), ces derniers mois ont été un long chemin de réflexion, de prise de conscience sur le temps qui passe et aux marques laissées sur mon visage. OH ! OH ! Que celles qui n'y ont jamais songé me lancent la première pierre ! impossible de passer outre, quoi qu'on veuille bien l'avouer... Ce qui était réservé à une élite il y a encore une dizaine d'années est aujourd'hui à portée de piquouzes. Et puis on nous MARTÈLE l'esprit avec ces visages de poupons repulpés, de célébrités reconstruites, d'articles sur le sujet ... A tel point que je me suis surprise à trouver Tim Roth (on en reparle un de ces 4...) sacrément marqué. Mais il a 50 balais, le bougre. Il est juste normal ! Encore qu'avec les hommes, les empreintes du temps ne sont pas paritaires à celles laissées sur les femmes... N'en déplaise aux féministes.


L'air de rien, l'idée effleure à peine la pensée puis s'installe, prégnante et récurrente. J'étais (suis) plutôt réfractaire voire même virulente sur le sujet, mais en mon for intérieur, c'était une autre histoire. Je vais être (trop) honnête : je n'en menais pas large. Céder ou pas aux appels des injections de botox ou acide hyaluronique...




Ma tête disait non, mon reflet criait "regaaaarde comme t'as pris un coup !"... J'avais honte de cet égo-trip, je ravalais mes pensées. Alors que des problèmes bien plus importants et pénibles encombrent une existence, je m'auto-centrais, me flagellais tout en culpabilisant d'être aussi futile. Une voix obséquieuse chuchotait "tu seras raisonnable, ça te donnera un vrai coup de peps". Mes convictions, mon chemin intérieur (ben oui, j'ai une route à l'intérieur, une qui m'amène à la mort et à laquelle j'y pense... on dirait pas mais bon ici n'est pas le propos) me retenaient. Comme souvent, un électrochoc a été le déclencheur. Une vague connaissance avait commencé l'acide hyalorunique il y a 3 ans. Nous nous étions perdues de vue... Elle aussi disait "oh ! mais juste un peu"... Le choc en la rencontrant ! Elle n'était pas méconnaissable, mais ses particularités qui lui conféraient tout son charme, sa bouche distinctive entre mille, ses yeux rieurs... tout cela était gommé. Péroxydée, liposucée, abdominoplastie en sus... Je tanguais entre l'étonnement et le pathétisme puis ce fût la tristesse qui m'est tombée dessus. Alors que ces interventions sont censées rajeunir, cette femme est aujourd'hui sans âge. Sans le savoir, elle a ôté les questions qui me taraudaient depuis très longtemps.

J'ai su que je résisterai pour un moment encore (je ne dis pas jamais, bien que je trouve que le lifting soit plus "naturel" que ces gonflements qui transfigurent et uniformisent en poupée de cire au bout d'un certain nombres d'injections). Il y a un cap à franchir avant l'ACCEPTATION. Il n'a l'air de rien ce mot mais combien de questions avant de clore épisodiquement au moins, ce chapitre.

Je crois aux efforts et ces résolutions prises cet été pour le coucher comme pour le lever, je m'y attelle. Qui sait ? Peut-être les 10 prochaines années seront moins dévastatrices (on y croit on y croit).

Vous survolerez ce billet sans forcément ressentir l'importance qu'il a pour moi et je comprends. Il m'a fallut beaucoup de temps pour enfin oser dire tout haut ces égarements narcissiques. Ce n'est pas parce que je n'en parle pas dans ce post que je ne suis pas consciente du bonheur de mûrir (zavez vu comme j'évite le mot vieillir...) ou que je juge. C'est simplement un constat personnel.

P.s. Et comme en résonance à mes interrogations, Isabelle (de MP) dont je tiens en haute estime et ses goûts et ses mots et ses idées, publiait ce billet aujourd'hui ...

p.s. même si c'est un peu tard, je tiens à répondre à vos comms. Bousculée et démotivée, demain, promis !

35 commentaires:

Benedicte a dit…

Moi, c'est la quarantaine que je m'apprête à quitter et étrangement, les rides ne me dérangent pas, je les aime bien ; mon obsession ce sont les poches sous les yeux et ce qui s'affaissent en général ! Mais je crois pas mal aux vertus du sport et du sommeil et, surtout, je n'aime pas les médecins et tout ce qui s'y rapporte.
(Et, rhah mon Dieu, Tim Roth !!!!!!! je suis fan fan fan)

bavardises a dit…

Le botox, tout ca, je pourrais pas, mais c'est avant tout à cause d'une peur irrationelle des milieux médicaux. Et puis parce que l'idée de m'injecter des trucs toxiques (pour le botox) alors que je traque les étiquettes de l'autre, ca n'aurait juste pas de sens pour moi. En même temps, je n'ai "que" 30 ans, et je ne sais pas ce que je serai dans 10 ans. Tu es touchante Sarah sur ce post, je n'ai pas d'autres mots. Peut être parce que tu dis les choses telles quelles sont, sans ces artifices dont tu nous parles, justement.

Polly Perkins a dit…

Non mais tu as vu Mylène Farmer? Une poupée gonflable, enfin gonflée, enfin, tu vois quoi!

Mode Personnel(le) a dit…

Mon fils m'a dit ce soir en rigolant : "Tu sais que je t'ai connu sans rides"...

Anonyme a dit…

A bientôt 43; Les rides ne me gênent pas. Comme Bénédicte mon obssession c'est ce qui s'affaisse et les sillons de chaque côté ma bouche qui me donnait un air de vieille belle mère acariâtre. Pour le corps J'essaie de défier les lois de la gravité en faisant du sport et en faisant attention à ce que je mange. Quant à mon visage et bien j'ai tenté l'expérience - non non je ne me suis pas faite gonfler de partout, ma bouche ne ressemble pas du tout à Celle d'Emmanuelle B. j'ai simplement fait un peu combler mes 2 sillons. Ca m'a pris un jour en accompagnant une copine qui faisait de l'Acide hyaluronique. sa dermato racontait qu'elle refusait de voir ses patientes plus d'une fois tous les 8/10 mois.
Elle trouvait I. Adjani et consoeurs terriblement pathetiques. Pour elle il s'agissait uniquement de donner un peu de peps. Son discours m'a plu, elle m'inspirait confiance et sur ma copine c'était super réussi. Résultat un mois plus tard c'était mon tour. La dermato m'a uniquement un peu comblé les 2 sillons - c'est tout. Elle a pris une photo avant m'a injecté un peu de produit à droite et à gauche, m'a posé un peu de glace pour éviter les bleus. Lorsqu'elle m'a montré le résultat j'ai été légèrement déçue, je pensais que je n'allais plus avoir ces 2 sillons - ils étaient toujours là mais moins marqués. Elle n'a pas voulu les combler complètement car elle m'a dit qu'ils faisaient partie de la structure de mon visage. 1 h plus tard j'étais au bureau. Mes copines n'ont rien remarqué si ce n'est que j'avais l'air reposée. Donc pour moi je dirais que l'expérience est concluante car je recherchais un effet naturel. La surenchère est il est vrai un danger mais pour moi cela n'a pas été un souci car je savais ce que je voulais. Il n'a jamais été question de m'en faire injecter un peu à droite et encore à gauche et je ne parle pas du botox ca me fait peur. Non seuls mes sillons me dérangeaient. Cela fait maintenant presque un an que j'y suis allée et je vais attendre encore un peu car je trouve que ca va. Désolée pour le roman et oui Mylène Farmer est vraiment gonflée - LISA

Anonyme a dit…

40 ans, c'est l'âge des remises en question et un excellent ego trip à plus d'un niveau.
C'est l'occasion d'un précieux bilan :
Voir nos rides qui se marquent et retracer notre parcours.
Regarder ceux qu'on aime, qui font notre bonheur.
Applaudir nos enfants grandis, se réjouir si nos parents sont encore là, en bonne santé.
Aimer celui qui nous accompagne depuis qq années, ou celui que l'on vient de rencontrer.
Etre profonde et légère à la fois, vivre et laisser vivre ...
L'occasion de réaliser combien la vie nous a gâtée et que c'est le moment de donner à notre tour.
Du botox, pourquoi pas, (même si je n'ai pas encore fait le pas) si on comble ses rides tout en se sentant comblée !
T'embrasse, Lili

Pinassotte a dit…

Ho comme je te comprends ma chère Sarah ! J'ai fêté cette année mes 45 ans et j'ai songé aussi à faire de genre exercice et, par le plus grand des hasards, j'ai découvert 2 crèmes vendues en pharmacie et normalement sur ordonnance par les dermatos (donc tu vois le sérieux quand même) mais dispos aussi sans ordonnance et bien fonce elles éffacent les ridules et lissent la peau : Flavo C (un sérum à mettre sous la crème) et Néo strata. Deux crèmes chargées à mort en vitamine C. je t'assure même moi je ne me reconnais pas :) et puis les aiguilles j'ai peur. Bizz

Anaïk a dit…

Le commentaire de Lili me touche énormément, tout comme ton témoignage. Allez, on en reparle dans 10 ans, pas avant !

Sylvie a dit…

Je vais essayer de devenir une belle vieille, mais pas d'injections! Peut-être un petit lifting pour le bas du visage... car effectivement l'air triste et/ou sévère que peut donner l'affaissement (quel horrible mot!) du visage me déplaît vraiment...
Allez tu es encore une jeunette!!

Sophie a dit…

Ton post me touche. J'avoue que je me pose des questions aussi sur ce sujet... J'aime dire que vieillir n'est pas si terrible, je traque les belles vraies femmes de 40, 50 et plus et puis soudainement je me croise dans un miroir... je vois un nouveau pli, de nouvelles rides... Tiens hier j'ai vu que j-avais des petites veines bleues sur le haut des cuisses et je me dis merde alors...
Pas tres glam en fait. Mais bon je ne me vois pas non plus succomber aux injections et autres, alors??? Pas de solutions me semble-t-il. A chacune ses choix en fonction de ses sentiments, du regard des autres, de son mec ?? Bizouxxx

christine a dit…

L'année de mes 40 ans va bientôt se terminer. Pour le moment, je ne me pose pas ce genre de questions: je préfère apprendre à m'aimer et m'accepter plutôt que de passer par la case docteur.
Il ya de belles vieilles dames grisonnantes. J'ai aussi de magnifiques copines de 50 ans.

Anonyme a dit…

Oh Sarah! il me reste tout juste une année avant mes 40 ans...et j'obsessionne d'etre au top à cette date qui me semble fatidique. le corps, les kilos, les bourrelets, les veines qui petent, les petites ridules, les rides tout court et cette peau qui vieilli...
je te comprends!!!
J'ai de temps à autre des moments de lucidité ou - comme le dit si bien Lili - je vois la réalité de ce que m'a donné la vie - tant de bonheurs - et je relativise!
nous sommes des femmes gatées, pas le simple fait de notre liberté, et aussi -je l'espère - de l'amour qui nous entoure.
alors à mon avis... oublie encore un moment... tu es magnifique, et donne toi rendez vous dans 10 ans! :)
(ps. tu nous diras quand c'est ton anniv? :)
biz
Audsie

ps. Oh my god: Tim Roth! what a man! :)

lilu a dit…

Ben Tim Roth je le trouve beau moi, il est vivant, il a vécu et il vit....

Plus je vois des personnes déridées plus je trouve cela laid, j'aime les rides de ma mère qui raconte sa tendresse, sa jeunesse, sa vie, ses inquiètudes, ses doutes...

J'ai mis le temps mais j'aime mon visage qui n'a plus 20 ans, qui a vécu des nuits blanches suite à la naissance des jumelles.

Je n'ai rien contre le botox et autre et peut être qu'à mon tour....Mais aujourd'hui, j'aime les visages qui ont de l'expression, qui acceptent qu'ils n'ont plus 20 ans, qui ne sont pas lisses...Des visages miroirs de personnalités, de vie...

benetie a dit…

au fur et à mesure que je lisais ton billet, je me disais "oh non, c'est pas vrai, elle l'a pas fait, quand même..." et puis: ouf!
Je ne crois pas au miracle du botox, ni à celui de l'acide hyaluronique, ni à celui de la chirurgie esthétique: cite-moi un seul exemple de femme chez qui c'est réussi...
moi, je n'en connais aucune et c'est ça qui me fait flipper: que, plutôt que rajeunir, je sois défigurée, sans expression.
Je soigne ce qu'il y a à soigner (crème de jour, crème de nuit, gommages, soins en instituts de temps à autre, thé vert), et le reste, eh bien, je laisse faire, de toutes façons, on n'y peut rien.
Et puis, moi, je regarde autour de moi, je vois ma Grand Ma avec ses rides qui lui vont tellement bien, et j'espère que je lui ressemblerais quand j'aurais son âge.
Fais confiance à la vie, Sarah, elle laissera sur ton visage les traces de ton existence, mais jamais de laideur... la laideur est réservée aux âmes qui n'ont pas fait de belles choses ;)

mariga(z) a dit…

Au vue des commentaires, chacune d'entre nous entrevoit le vieillissement de différentes manières.
Ce qui j'imagine selon nos expériences, notre culture, voire même notre éducation et notre CSP , nous avons une perception propre par rapport aux artifices de la jeunesse.

Mais comme en mode finalement, le trop demeure l'ennemi du bien :)

Je comprends relativement bien le point de vue de Lisa... moi non plus je n'aime pas ces sillons (la faute à mes pommettes hautes et rondes ...)

Pour Tim Roth, et bien... après l'avoir regardé une saison entière à faire des grimaces.... Je lui trouve juste un peu plus de charme que Colombo... Mais là aussi, c'est tout personnel ;) Le plus rigolo c'estqu'il a joué dans un film "L'homme sans âge" ...

Flannie a dit…

Aujourd'hui, on discute justement sur mon blog des vergetures, insignifiantes pour certaines, tribales pour d'autres (j'adore !), handicapantes pour quelques-unes.
La question des rides est encore plus houleuse... et je me garderai bien de prononcer ici une opinion ferme sur le sujet parce que je ne suis pas sûre d'avoir la même opinion aujourd'hui que dans 10 ans.
La blague, c'est que je n'ai pas encore 35 ans et que je trouve que mon visage, qui s'affaisse un peu, manque bien plus de peps qu'il y a 10 ans. je croyais que, plus le temps passait, plus la femme s'épanouissait... c'est ce que les magazines disaient à la fin des années 90 !!! :-)
Vous croyez que c'est justement en acceptant tous les changements qui surviennent dans notre corps qu'on finit par s'épanouir ?

modebea a dit…

Et bien... dès que l'on touche ce sujet, ça fait parler ! Je viens de fêter mes 50 ans et oui, le bas du visage s'affaisse, surtout quand on se regarde dans la glace, quand on est fatigué... mais avec un sourire, en parlant, tout s'efface, le visage devient vivant !
Chacune fait en fonction de ses critères, ses moyens.
Pour l'instant, j'ai envie de vieillir le mieux possible . Donc, vive les crèmes et les massages... et puis, je ne retouche même pas à la couleur de mes cheveux.... Irrécupérable ! Pourtant, pas l'impression de faire "mamie" même si je le suis ! !!

Anonyme a dit…

Pleins de questions Sarah ! Pourquoi poses-tu sur ton lit comme une gamine prête à faire une bataille de polochons ce que j'imagine être un blog d'ailleurs ! Pourquoi les chirurgiens sont-ils aussi sadiques ou incompétents tant je rencontre d'horreurs et d ePiggy la cochonne tellemnt ils ont tiré sur la peau ? Même les meilleurs semble-t-il les amochent ! Et enfin qui va faire une enquête sur les mecs qui couchent avec ? Ils sont myopes ? Sunny Side

Stéphanie a dit…

Moi Sarah, je te trouve adorable et ravissante !
Et bien plus belle que des jeunettes !
Moi j'ai 39 ans, et je suis comme Sylvie, je vais essayer d'être une belle vieille.
S'il te plait, reste comme tu es ...

Anonyme a dit…

Blogeuse de l'ombre .... votre post m'interpelle . Aujourd'hui j'ai 42 ans et je suis très heureuse d'avoir mon âge ... En fait cela n'a pas toujours été le cas mais aujourd'hui peut m'importe les marques du temps sur mon visage ou sur mon corps.. le plus important pour moi est tout simplement d'être là... dans la vie. Je suis très heureuse de pouvoir encore m’éclater à faire du fitness avec des p'tites jeunes de 20 ans ... Tant que je peux le faire ... je le fais.
Mes pires années ont été avant mes 30 ans ... impossible même d'entendre le mot ' trentaine ' et puis les blessures de la vie font que maintenant tous les ans je suis très heureuse d'avoir un an de plus.... en hommage à ceux qui n'ont jamais pu avoir la chance d'avoir 40 ans...
Mon père malade d’Alzheimer à 52 ans ... Une cousine assassinée à 16 ans par un passant .. et ma soeur de 35 ans à qui on vient d'enlever un poumon ( cancer ) et 3 mois après on lui annonce un autre cancer ... ailleurs.
Bref j'aime la vie et j'aime les effets de temps ... cela prouve que j'existe !

CECILE a dit…

Je te comprends car je vis actuellement (depuis quelques temps en fait), le même dilemme. Mais j'ai décidé tout comme toi, d'opter pour des gestes quotidiens qui soignent mon visage comme les alentours et heureuse je suis car les résultats sont là ;) Mais un jour, je serai à nouveau confronter devant le miroir à un constat logique et qui me fait peur en même temps... La question se posera à nouveau.

Sarah a dit…

Bénédicte : Tu vas voir un de ces 4... Tim Roth et .... tu verras !

Bavardises : Doux Jésus, 30 ans ;) à cette "époque" je ne mettais même pas de crème teintée...

Polly : Purée, arrête j'ai vu une couv la semaine dernière... j'ai eu peur !

Isabelle : LOL ! sont affreux nos gosses ...

Lisa : Je sais qu'il en existe de ceux qui ont la main légère. Et c'est une femme ! Avec les copines, de Genève à Sion, en passant par Lausanne on a une combine : on regarde (si on la connaît mais ici c'est petit) la femme du chirurgien .... On en a repéré deux qui donnent envie... Les autres. En particulier dans ma ville !!!! De quoi, réfréner toutes les ardeurs !

Lili : Tu as raison, on en a souvent parlé... Ce bilan fait du bien et recentre les priorités ;)

Pinassotte : Oh ! merci, m'en vais me renseigner...

Anaïk : C'est ce qu'on se disait... 50 ans pas avant et après, on en aura plus envie !

Sylvie : C'est vraiement le point avec lequel on ne peut lutter : l'affaissement. Autant les soins peuvent combler, aider à ce que la peau ne se *déchire*, autant les traits qui tombent et le cou de dindon... à part la chirurgie ! Et accepter ?

Sophie : Par rapport à un homme ? Non... enfin ça dépend du nombre d'années passées ensemble. J'ai déjà 16 ans de vie commune et lui aussi vieilli et on a accumulé pas mal de complicité pour qu'il m'accepte. Enfin j'espère !

Christine : Tu as bien raison. Une de mes amies qui vient manger d'aillerus samedi a 51 ans. Elle a une telle énergie, une telle allure qu'elle n'en a pas besoin. L'aigreur est pire encore, non ?

Audise : pour avoir vu toutes (presque) mes amies franchir le cap, je sais qu'elle est "fatidique" cette date. Une prise de conscience et le moment des bilans.... Souvent profitables d'ailleurs. Et mon anni, mes 40 ? le 27 mai 2011 !

Lilu : Dnas une itw que j'avais faite de Sophie Fontanel pour un journal, elle me disait que les rides étaient ce par quoi elle entrait en contact avec l'autre...

Béné : Qu'elle belle conclusion. Merci ma Béné ! Mais il y en a des réussies, on ne le siat pas, peut-être ? Une connaissance très très mince, en fait au front et elle parait plus lumineuse. Le problème, comme cette fille dont je parle dans mon post, c'est l'accoutumance, le fait d'avoir son front déridé fait que les sillons nasogéniens devienent plus visibles, puis les commissures des lèvres... Le serpent qui se mord la queue, quoi !

Mariga(z) : Oh ! mais quel palsir de te lire... C'est effectivment très personnel comme sujet... Et celles qui se taisent... En me rendant chez la dermato pour mon fils (qui a également un centre de chirurgie) j'ai croisé une fille qui fait des injections alors qu'elle clame haut et fort qu'elle est contre. C'est effectivment un sujet sensible...
Tim Roth, mon fils l'appelle "le chien" ;)

Flannie : En même temps tu vois c'est étrange, je m'aime bien plus qu'à 20 ans ;) comme quoi. Et il faut que je vienne chez toi, étais débordée ces derniers temps.

Sarah a dit…

Modebea : Hier au resto, trois dames, cheveux blancs, anglaises, un style fantastique riaient commes des gamines. C'était beau de les regarder. A un moment, mon fils me dit on dirait Bea et toi... (ma grande amie)... C'est ça, on ne se voit pas franchement vieillir dans l'âme. Ma mmaman me dit, je ne me regarde pas en détail... ;)

Sunny : Oh ! le lit c'est juste le seul endroit avec un grand mur blanc et assez de lumière en hiver ;) Dernièrement, une très très jolie femme de ... 30 ans disait très très fort sur une terrasse que son mec lui avait offert des nouveaux seins pour son anni... Ce genre d'hommes ne nous conviendrait pas, je crois ?

Stéphanie : Tu as le même âge que moi... on fêtera ensemble l'an prochain, notre épanouissement ?

Cécile : Oui c'est exactement ce que je ressens... Pour l'instant des soins,je n'ai pas été assez rigoureuse de 20 à 35... J'ai le sentiment que c'est par étape, nous verrons avec le temps... ;)

isabelle a dit…

Que dire de plus après les commentaires de lili,de cette anonyme, blogueuse de l'ombre ...
Je rejoins le clan des frileuses au botox qui acceptent les rides.

Flannie a dit…

J'ai une note au brouillon rien que pour toi mais je n'arrive pas à trouver 5mns pour la finir.
En tout cas, j'espère que tu éclateras de rire en la lisant ;-)
Bises

Sarah a dit…

Isabelle : Tu as une hygiène de vie au top et ça se voit... et oui, cette Lili ;)

Flannie : Oh ! que je me réjouis ;)

Anonyme a dit…

J'ai 46 ans et pour le moment je suis décidée à vieillir "telle quelle". Mais ça n'empêche pas les doutes et les questionnements. Ah, ce début de double menton... Je n'oserais pas dire jamais mais quand je suis un peu découragée je pense à ce que m'a dis dernièrement ma fille de 20 ans : "j'espère que j'aurai des rides comme les tiennes, elles sont belles, on voit que tu as beaucoup ri.". Ca m'a énormément touchée et surtout motivée à lui transmettre le plus de force possible face à la vie et au temps qui passe.
Cat

Titeah a dit…

Bonjour,

Je viens de découvrir ce blog, il est très sympa!
Je suis journaliste pour M6 et je prépare un documentaire sur ceux et celles qui veulent rester jeunes à tout prix et qui l'assument!

N'hésitez pas à me contacter!
Audrey 01 53 17 99 39

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui aurait pu le croire? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent sans autre gong que la date anniversaire. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, qui avait été mannequin réputée foldingue; elle achetait des tulipes au marché et m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup parce que moi aussi, je pensais être vieille! Bon, je repense quelquefois à elle.. Je me regarde, je me cherche et me compare sur des photos, je m'aime bien rétrospectivement, ce n'était pourtant pas simple à l'époque. Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal, il faut le dire (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus de perte, d'anésthésie d'une partie de moi (non pas la meilleure, juste la mienne). J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage, je le prends comme une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr, je pourrais, un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'acceptation, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Oui, peut-être simplement leur laisser la place, sans perdre la mienne. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est lui aussi positif et rassurant, assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui aurait pu le croire? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent sans autre gong que la date anniversaire. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, qui avait été mannequin réputée foldingue; elle achetait des tulipes au marché et m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup parce que moi aussi, je pensais être vieille! Bon, je repense quelquefois à elle.. Je me regarde, je me cherche et me compare sur des photos, je m'aime bien rétrospectivement, ce n'était pourtant pas simple à l'époque. Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal, il faut le dire (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus de perte, d'anésthésie d'une partie de moi (non pas la meilleure, juste la mienne). J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage, je le prends comme une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr, je pourrais, un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'acceptation, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Oui, peut-être simplement leur laisser la place, sans perdre la mienne. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est lui aussi positif et rassurant, assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui aurait pu le croire? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent sans autre gong que la date anniversaire. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, qui avait été mannequin réputée foldingue; elle achetait des tulipes au marché et m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup parce que moi aussi, je pensais être vieille! Je repense quelquefois à elle.. Je me regarde, je me cherche et me compare sur des photos, je m'aime bien rétrospectivement! Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là, mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré). Et aussi un sentiment diffus de perte, d'anésthésie d'une partie de moi (non pas la meilleure, juste la mienne). J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage; je le prends comme une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr, je pourrais, un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'acceptation, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Oui, peut-être simplement leur laisser la place, sans perdre la mienne. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est lui aussi positif et rassurant, assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui aurait pu le croire? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, qui avait été mannequin réputée foldingue; elle achetait des tulipes au marché et m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup, moi aussi je pensais être vieille! Je repense quelquefois à elle.. Je me cherche et me compare sur des photos, je m'aime bien rétrospectivement. Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal, il faut le dire (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus d'anésthésie d'une partie de moi (non pas la meilleure, juste la mienne). J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage; je le prends comme une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr je pourrais, un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'acceptation, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est lui aussi positif et rassurant, assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui aurait pu le croire? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, ex-mannequin réputée foldingue; elle achetait des tulipes au marché et m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup, moi aussi je pensais être vieille! Je repense quelquefois à elle.. Je me cherche et me compare sur des photos, je m'aime bien rétrospectivement. Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal, il faut le dire (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus d'anésthésie d'une partie de moi (pas la meilleure, juste la mienne). J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage; je le prends comme une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr on pourrait, un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'acceptation, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est positif et assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui l'eut crû? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, ex-mannequin réputée foldingue qui m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup, moi aussi je pensais être vieille! (On rêve..) Aujourd'hui je me cherche et me compare sur des photos, et m'aime bien rétrospectivement. Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal, il faut le dire (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus d'anésthésie d'une partie de moi. J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage; une politesse vis à vis de moi même (on ne se laisse pas fâner par les vilaines traces du soleil qu'on a aimé), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr on pourrait faire un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est positif et assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.

edelweiss a dit…

53 ans il y a quelques jours.. Qui l'eut crû? c'est une abstraction! Un jour après l'autre, 365 X les années qui passent. Haro sur l'anniversaire, cette méchante invention utile à 13 ans, quand on précisait "et demi"! A 25 ans, j'ai croisé par hasard une amie de ma mère, la cinquantaine, ex-mannequin réputée foldingue qui m'a dit " tu es jeune, profites-en, à ton âge, je croyais que j'étais vieille!". ça m'a fait un coup, moi aussi je pensais être vieille! (on rêve..) Aujourd'hui je me cherche sur des photos, lucidité rètrospective! Il y a 5 ans, j'ai essayé un petit coup de botox sur mes rides frontales (expressives depuis longtemps, elles sont bien là!): effet pas mal (mais combien j'ai détesté la dermatoloque tiroir-caisse qui me l'a administré) en même temps qu'un sentiment diffus d'anésthésie d'une partie de moi. J'ai laissé revenir les rides, avec un entre-deux bizarre, le front en carton pâte, boursouflé, les muscles à moitié réveilllés, moches. Depuis lors, quoi? Une séance "taches fleurs de cerceuils" sur les mains et un peu sur le visage; une politesse vis à vis de moi même (merci le beau soleil), et puis rien d'autre. Que des fantasmes. Quelques gestes devant la glace, remonter là, vers les oreilles, ouahhhh, 10 ans de moins! Mais qu'en faire? Bien sûr on pourrait faire un petit truc qui ne se verrait qu'à peine, juste pour rétablir l'harmonie... Je n'ose pas, je ne veux pas, je voudrais essayer autrement, tenter le rayonnement, l'assumation, une forme de revendication... Mes enfants rient de mes grimaces fantamatiques.. Ils m'encouragent sans le savoir. Ma fille est belle, je veux bien lui reconnaitre son heure, je l'aime aussi pour ce qu'elle m'apprend de la place qui est la mienne, et mon fils dit que c'est beau d'avoir "une gueule" (heu, oui, merci!). Bon, ça va, leur père est positif et assumant! Reste soi et soi. Je vais essayer. Pour l'instant, on dit encore gentiment que je suis une belle femme mûre (hmmmm!!) mais pour la suite, je compte sur la vie, la vraie, celle qui, on le sait, mène à la fin. On s'en fout, on n'est pas les premières, et ça, c'est ce qui nous rend plus tendres.