jeudi 21 octobre 2010

Le choix des mots


Alors que je triais les photos familiales, celle-ci m'a interpellée. C'était lundi, dans les gorges de l'Areuse (canton de Neuchâtel). Vous le savez ou pas, j'aime les prétextes d'un cliché ou de la mode pour parler d'autre chose. Les chemins alambiqués, les détours, l'improvisation, le non-contrôle, la spontanéité sont mes défauts ou qualités, selon le point de vue.

Ces arbres renvoient, force et puissance. Aussi robustes soient-ils, il suffirait d'une bonne grosse tronçonneuse et de deux bûcherons pour les massacrer et les faire mourir en quelques heures. Imaginez combien d'années, d'eau, de lumière il a fallu pour qu'ils atteignent cette dimension, que leurs racines s'enfoncent dans le sol. A combien de rafales de vent, de pluie et de neige ils ont résisté. Les vicissitudes de leur destinée sont tatouées dans leur écorce et ont forgé leur individualité.

Ces arbres, sont vous, moi, nous. Il y a ce que l'Autre voit, imagine, interprète à tort ou à raison. Je vous parlais ici de la difficulté des photos de soi. Il y a pire. La non-maîtrise de ce que l'on reflète. Chacun y va de son transfert personnel, juge et invente, idéalise ou dénigre. Nous avons mis des années à nous façonner par notre éducation et notre vécu. Et il suffit, parfois de quelques mots plus tranchants qu'une scie pour nous faire du mal. Il y a des années, lors de l'homélie, le prêtre comparait la parole à un lion qu'il fallait dompter. Car elle peut aussi bien détruire que bâtir positivement.

Je donne trop de pouvoir aux mots, je le sais. Métaphoriquement, ils sont une source vitale au même titre que l'eau et la lumière. Ils ne sont pas seuls, Dieu merci, à nous faire évoluer. Mais ne négligeons pas  leurs effets. Comme, les fossoyeurs des forêts, ils peuvent nous faire flancher.

C'est un blog mode et je m'égare et vous ennuie avec mes pérégrinations intérieures. Si l'on était fait d'une seule face ce serait trop simple. Je jongle toujours entre ce que je montre et ce que je suis. Paraître et être. Voilà toute la complexité d'une vie....

Edit : Tout va bien, je vous promets. Simplement des réflexions personnelles... Je reviendrai à plus de légèreté, lundi si tout va bien, aux Tiroirs à malices (j'ai hâte...), après deux jours à Paris la semaine prochaine. Oui encore !

16 commentaires:

petitprunier a dit…

bonjour sarah,

point d'ennui dans tes billets, je t assure! c est justement tout ce qui dépasse des considérations modesques/modeuses qui te rend si intéressante et si agréable à lire. Tu as l art d'appuyer là où ça fait quelquefois un peu mal, quelquefois beaucoup de bien :-)
voilà! c est mon 1er commentaire mais non ma première visite, j'en profite pour m'étaler, faire ma fan de base et te remercier pour ta jolie prose :-)

Anaïk a dit…

Il suffit d'un seul tout petit mot mal placé ou utilisé à mauvais escient pour donner une autre image de soi et pas forcément celle que l'on souhaite donner. Tu sais ce que tu es, avec tes valeurs et tes tripes, c'est ça l'essentiel. On ne peut se faire comprendre ni aimer de tout le monde. Merci pour ce beau billet

Sarah a dit…

Petit prunier : Merci d'oser laisser un mot, je sais c'est culc-cul la praloche de le dire, mais j'ai la chance de ne aps avoir de commentatrice "waouh, c'est beau, et cette jupe à trois sous, une merveiillle, je fonce acheter...", une chance et pour continuer sur ma note, les mots, toujours les mots... sans ces comms, mon blog serait différent...

Anaik : Oui malheureusement... Un mot contre des centaines d'autres positifs... Mais et parce que tu connais mon excessif optimisme, il faut profiter des douloureux pour évoluer... Là, présentement, je rêverais d'être calculatrice et froide, par protection.... Pfff....

modebea a dit…

Tes petits échappées ne font pas de mal, la mode c'est bien mais il n'y a pas que ça ! La frivolité permet de nous rendre la réalité plus douce ou plus lointaine, mais en aucune façon nous n'y échappons... Etre calculatrice et froide rendrait la vie bien... glaciale... donc, hélas, il nous faut bien passer par des moments... pas très... mais heureusement, tu as vu cet arbre !
Pas très douée pour le choix des mots ;-)

Anonyme a dit…

Oh, j'arrivais en sautillant de la FW en CdC (pire, avec le fameux *je cours l'acheter !*) mais force est de constater que le ton a changé !

Je ne sais ce qui t'a blessée, ce qui occasionne ton trouble, mais dès qu'on approche un être humain, on touche à l'inconnu ... et à cette non maîtrise de notre image.
De là, de belles rencontres, de grands bonheurs et malheureusement parfois de vraies déceptions !

Je rejoins Anaik : on ne peut se faire aimer de tous et quand on en prend conscience, tout devient plus léger et agréable !

Je t'embrasse, Lili

M1 a dit…

C'est un post sponsorisé par le Ministère suisse des forêts et des paysannes suisses? : )
Je trouve que ces pérégrinations intérieures sont essentielles pour la blogo mode, c'est comme une bouffée d'oxygène donnée par un arbre ! Donc à partir de maintenant, pour chaque vêtement ou accessoire achetés, chaque blogueuse mode devra planter un arbre : )

Lucie a dit…

Sarah,
Je voulais te dire, d'abord une chose "futile" :les escarpins CDC te vont à ravir, ils auraient dû te les offrir, quelle allure, quelle élégance...
Et puis autre chose, les arbres je les aime d'amour, plus encore que les fleurs, et pourtant... les arbres sont beaux, puissants, ils sentent bon, embellissent tout, enfin je les aime ; et que dire de l'image de soi que l'on a "en soi" et celle que l'on donne,celle que les autres nous donnent, pour moi il est toujours aussi difficile de les réunir en une seule personne. Sarah, si ce que je perçois de toi à travers ce blog est vraiment toi, tu es une magnifique personne.
Lucie

Pinassotte a dit…

Les mots sont souvent plus blessants qu'une bonne paire de claque !! j'en ai entendu une la dernière fois à la télé du genre : "je vous compare à XXX, mais lui je le respecte", c'est vraiment méchant et gratuit de dire des trucs pareils, alors qu'en j'en vois qui se vexe parce que l'on a pas dit les choses comme la personne le souhaite mais que l'on a eu la politesse de la respecter, alors là oui je m'insurge. Ton post est tellement vrai !! Mes tes petits mots de travers ne sont rien par rapport à d'autres qui les disent sciemment (mince ça s'écrit comme ça arrgh)et qui les pensent. Bizzz ma belle on t'adore

Spiruline a dit…

"Et pour tous ces mots qui blessent
Il y a ceux qui nous caressent
Qui illuminent, qui touchent l'infini
Même si le néant existe..."
Becs
Mylène ;-)

isabelle a dit…

"J'adore ta photo!... Et je cours acheter les escarpins CDC!"

Je déconne bien sûr.
Très beau texte où chacun peut s'y reconnaître.

Sarah a dit…

Modebea : Si, tes mots sont sicncères et touchants. Merci ;)

Lili : parfois blessée, souvent blessante... La vie, quoi ! Je profite pour essayer, je dis bien essayer de m'améliorer. Je déteste les donneurs de leçons qui ont toujours raisons et n'essaient même pas de se justifier cas ILS sont dans le vrai, je vais donc essayer de ne pas en être une avec ce billet...

M1 : ou offrir une paysanne suisse à un copain ;)

Lucie : Bonjour et bienvenue. Merci pour tes petites douceurs. Tu sais je crois que dans le fond tout le monde est quelqu'un de bien. A part quelques monstres... Merci encore et la bise de la Suisse !

Pinassotte : C'est vrai, il y a une grande différence entre la maladresse et la méchanceté gratuite. Après il y les différences de sensibilités, comment l'autre le perçoit... Connais-tu les 4 accords toltèques ? le lire et le relire fait beaucoup de bien et aide un peu. merci pour tes visites...

Spiruline : Waouh ! je m'incline devant la poésie, toujours. Et c'est fou, ce que tu m'envoies. dans le même trip, l'autre jour (le jour des photos des bouclées...), nous bavardiosna avec Cloé, en pleine adolescence à l'âge des premières amitiés très fortes. Et on se disait qu'on ne reconnait pas seulement les amis dans les moments difficiles mais également ceux qui se réjouissent de notre bonheur...

Isabelle : Je le dis doucement, perso, pour les escarpins, j'attends les soldes... s'il y en a à ma taille, youhouuu sinon tant pis. Mais là en ai une autre qui m'obsède...je vais en aprler bientôt !

Fanette a dit…

Magnifiques photos .. !

Madame Kévin a dit…

Il y a un livre qui s'appelle "Dire c'est faire". Comme toi, je suis convaincue du pouvoir des mots. Peut-être que les mots négatifs... il faut les prendre...de haut ? !
Je t'embrasse et t'envoie tous les mots de l'amitié.

Sarah a dit…

Fanette : N'est-ce pas ? ;)

Madame Kévin : Merci et pour tes..mots et pour els références du bouquin... je vias me renseigner !

Anonyme a dit…

La parole impeccable !!! Très beau ce que tu dis et ta comparaison avec l'arbre ... Sunny Side

Lost in Mexico a dit…

Un blog mode peut-être mais ça fait du bien de voir une belle photo et de lire un beau texte. Don merci pour ce beau billet.