samedi 25 octobre 2008

La constance de l'incohérence


Avec un titre pareil, je vais loin aller loin ...

Mardi donc, shopping et soirée Prix des lectrices à Genève (j'en parlerai dans un prochain billet, promis)

Je me faisais une joie d'errer, fébrile, dans les rayonnages de l'espagnol. Je salivais à l'idée de tâter le Léo. De caresser le doux coton  avant d'en ramener un ou deux ou trois comme vus chez Frieda. Voyez le genre...

Léo m'attendait, fier comme Artaban, canaille juste ce qu'il faut, sexy comme Javier, doux comme le torse de Kad. Et alors, me direz-vous, on sait déjà tout ça... c'est vrai... Ben, cohérente comme pas deux, je suis rentrée avec ça...



Autant de ressemblance entre eux qu'un 2.55 et un Kelly... oui, je sais...


Envie de pull Zaraamericanvintagisé.Plus, tout vendu,  nada, je pleure, je supplie... Je voulais du sobre, du doux, du confortable. Ben...je reviens avec ça...


Je sais aussi ressemblants que Woody et Marlon, période "Dernier tango..."...


Toujours dans ton envie d'intemporel, de doux, d'écharpe, de chaud, de câlins qui t'enroberaient de laine dans les matins gris et les soirées glaciales.. ... Toujours aussi logique tu reviens avec celui-ci....


Normal... un t-shirt...


Tu penses en rester là. Ramener, une belle paire de bottes grises, qui flottent sur tes mollets de montagnarde,  tu réfléchis, tu te promènes 2 heures avec elles au pieds. Et tu repars, sans. En sachant que n'y reviendras pas de sitôt et que c'était la seule dans ta pointure.

C'est tout moi ! Avoir envie, puis quand tu tiens l'objet de tes convoitises, se dire que non t'en as pas vraiment besoin. Que la vie c'est pas ça. Tu culpabilises, tu penses à la profondeur de l'être, au but terrestre qui t'anime. 

Et le lendemain tu regreeeeeeettes à mort. 

Tu sais que tu n'es pas superficielle, que tu ne fais pas les choses pour plaire, que tu as horreur d'afficher les marques, que tu es simple, sincère.

Tu finis par accepter que vivre avec ces futilités qui habillent la vie d'une couleur plus gaie ça t'aide à supporter plein de choses, et tu continues d'entretenir ton âme, d'aimer, de donner, d'être authentique.

Et m.., tu ADORES LES FRINGUES. Et ça, ça ne change pas qui tu es...




10 commentaires:

rachel a dit…

Oh la la, décidément, pas évident d'être une fashion addict dans ce bas monde. Mais... pendant tout ce temps, que faisait donc Viou la folklo? N'a-t-elle pas su te remettre dans le droit chemin?
Allez, va, c'est pas si grave, quoi!
Bon, je te laisse, mon mari débarque avec le Femina du jour...

Viou "la folklo" a dit…

Ben si ça peut te consoler, j'ai le même genre d'état d'âme pour tout achat de fringues...
Trop bien éduquées ces filles !!
Mais tout bien réfléchi, faudrait quand même bien qu'on la fasse "péter" un jour cette sacro-sainte carte de crédit !
On prend le train de quelle heure ?

sarah a dit…

Rachel : c'est bien vrai... tout ça n'est pas si grave. Mais être fashion addict tout en étant raisonnable et réfléchie . un vrai casse-tête. Bises

Viou : je sais bien ! Notre éducation. Si seulement les gens savaient à quel point on est raisonnables... Yes, le train direction les soldes parisiens ? c'est ça ??? ou ceux de Klaipeda...

rachel a dit…

Klaipeda... vous y avez fait les soldes, mais pas que, j'espère!?

kromozome a dit…

Impossible d'être raisonnable en voyant tes achats, un peu de couleur dans la vie d'une modeuse ne fait pas de mal, j'adore tes photos!
Et rassure-toi on est toutes pareilles!

Ithaa a dit…

Kromozome c'etait moi hein, je ne m'etais pas rendue compte que c'etait un autre login:))
bisous

verycynthia a dit…

Les grands esprits se rencontrent toujours a ce que je vois!
C'est simple, je suis cet article, du titre a la chute! :-D
Tu as achete de tres jolies choses!
Bisous, et a bientot pour les resultats!!!

sarah a dit…

Rachel : Klipeda ce sera 5 jours en juillet. Viou danse depuis...36 ans dans un groupe folklo et normalement je les accompagne. Comme quoi on peu être fashion et proche des valeurs indigènes...

Ithaa : merci ça me fait très plaisir ce que tu me dis.. suis super contente de te recevoir chez moi, toi blogueuse émérite et incontestée...

verycinthia : Oh ! merci c'est gentil. Je n'oublie pas les résultats...

marylou a dit…

2 jours à Paris sans entrer dans une boutique.
Je suis forte! Je suis héroïque!
(bruit de fond de foule en délire)
Et je n'ai rien à me mêêêêttre!

Biz et aime bcp ton tshirt

sarah a dit…

Ma Marylou c'est pas possible. Non vraiment c'est comme de me dire je traverse le désert sans eau. et encore. Paris sans boutique, non, non, non... Une sainte je te dis. becs