jeudi 6 octobre 2011

L'envie - Sophie Fontanel


Sophie Fontanel a publié l'Envie, le 22 août dernier. Une fois n'est pas coutume, j'attendais qu'une interview préparée pour Le Temps soit parue, avant de parler du très beau livre de Sophie Fontanel.

Son livre ?



Je l'ai lu quatre fois. Je suis presque capable de réciter certains passages. Les phrases de Sophie Fontanel se dégustent comme une poésie. Le roman raconte son exil, sa volonté de ne plus vouloir/pouvoir faire l'amour. Son entourage trouve louche ce désir de ne pas se mélanger au corps d'un homme. Ses amis s'évertuent à lui donner des conseils pour trouver un compagnon. En étant différente, hors des sentiers battus, elle les (nous) renvoie à nos questionnements. Elle chemine et découvre tant d'autres jouissances. Prendre un bain ou se faire masser, des moments de sensualtiés sans sexualité. Lire, porter un vêtement deviennent des plaisirs divins. Des moments de doute et de tristesse aussi l'assaillent. Tout est si joliment dit, sans amertume. Une quête sans égocentrisme. 

Comment être soi dans ce qui, écrit-elle, est  "peut-être la pire insubordination de notre époque" ? L'envie, dont le thème intime est si pudiquement et élégamment écrit, trouve un écho auprès d'un grand nombre de lecteurs. Une profession de foi, une découverte de soi dans la liberté, un affranchissement des codes de notre société tel est mon ressenti à la lecture de ce très bon livre.

Je la savais drôle, touchante, profonde, intelligente, je la découvre libre. Et cette liberté m'a enchantée.

L'Envie de Sophie Fontanel paru chez Robert Laffont

18 commentaires:

Poppins a dit…

Je dois avouer que je n'ai pas encore lu son livre, mais ça ne saurait tarder.
Ce que j'aime chez elle par dessus, tout, c'est sa liberté, liberté d'être elle-même, avec tout ce que ça comporte.
Etre libre, être soi, loin des regard des autres, de leurs peurs et de ses propres peurs, de ses propres entraves, et malgré tout, arriver à être soi, à avancer sur son chemin, et Sophie Fontanel incarne tout ça avec tant de poésie.

Bonne journée,

Anonyme a dit…

Bravo pour ce magnifique échange... Tu m'as donné "l'envie" de le lire ce bouquin ! Les bras... qu'est ce que ça me parle ! Comme c'est important les bras d'un partenaire... good luck pour domani sera ! Viou

Ôde a dit…

Tu m'a donné envie de le lire ce livre... Chouette, il me reste un peu de crédit sur ma carte fn*c !!
As-tu lu le livre de Delphine de Vigan "Rien ne s'oppose à la nuit" ?
Celui-là aussi me tente, mais j'hésite...

Sarah a dit…

Poppins : Oui oui, et lis-le, tu me diras...

Viou : Oh "que j'ai aimé cette chute dans l'interview... Il faut des bras pour tenir sur le long terme dans une relation de couple. Et qu'il est difficile d'être soi-même une épaule et de recevoir encore, sur une vie, une main, un bras...

Ode : ;) cool... et delphine de Vigan, j'en ai parlé ici
http://sarahbabille.blogspot.com/2011/09/rien-ne-soppose-la-nuit-delphine-de.html

Flannie a dit…

Ah, t'es un amour ! je vais enfin pouvoir lire ton article !!!

Ps: tu peux dire aux techniciens du Temps de remettre à l'heure leurs pendules helvètes pour que je puisse à nouveau lire mon quota d'articles mensuels gratos ;-)

Ps2: Je vais voir si tu es une bonne "reproteuse" ;-p

Valérie de Metz a dit…

Très bel article Sarah... Je suis heureuse de pouvoir te lire "en vrai". Tu nous livre là une belle interview de la magnifique Sophie. Et cette robe, mon Dieu cette robe qu'elle porte...

Lolotte a dit…

je suis en train de le lire, de le savourer ... c'est un sujet si sensible abordé avec tant de délicatesse, je suis totalement sous le charme !

M1 a dit…

Je dois lire le roman de Tristane Banon avant #lol

Anonyme a dit…

Oh oui, comme toi, j'ai tant aimé ce livre !
Après Grandir, on pouvait craindre que l'Envie ne soit à la hauteur... mais Sophie Fontanel signe à nouveau un journal intime plein de sensibilité et d'émotion
Bon week end et bisous, Lili

isabelle a dit…

je viens seulement de me l'acheter. Ce week-end sera un W.E. Fontanel.

Anonyme a dit…

Le mille feuilles de Sophie se révèle quand je lis ta belle interview. Ce respect pour elle-même (savoir dire "nan") lui a permis d'atteindre cette joie de la liberté et de la solitude, de dépasser l'attachement, d'être en fête pour elle-même. Ce qui permet de donner tellement plus après ... Sunny Side

Flo a dit…

A moi aussi tu m'as donnée envie de le lire, car j'avoue que j'étais un peu réticente. Donc dès la semaine prochaine je me plonge dedans.

4 petits suisses dans un bol de riz a dit…

Je t'envie Sarah! Interviewer Sophie Fontanel... Je suis ton blog depuis un moment mais je ne savais pas que tu collaborais au Temps. Mais où vis-je?!! Au Vietnam, au fait, ce qui n'excuse rien à l'ère du web 2.0... ;)

Anaïk a dit…

Bravo pour cette interview ma jolie, tu me donnes envie de le lire ce livre pas culotté !

Sarah a dit…

Flannie : Je ne connaissais pas cette historie de "quota". c'est bizarre... il faut que je pense à demander à mon prochain tel. t'embrasse.

Valérie : Oui celle qu'elle avait achetée à rome me semble-t-il (un psot sur son blog, non ?)

Lolotte : Tu me diras lorsque tu l'auras terminé...

M1 : ouais, quel goût affiné pour la littérature ;)))

Lili : C'est drôle, ça m'a presque surprise "journal intime". C'est si universellement tourné que je n'y pensais plus. des bises

Isabelle : Et ...? tu me diras aussi ;)

Sunny side : c'est ce qui m'a touchée : la liberté. Elle a choisi d'être libre et ça ...

Flo : J'attends aussi de tes nouvelles ;))

4 petits suisses dans un bol de riz : C'est vrai que c'est très sympa (et même plus) de l'interviewer. Je l'avais fait l'an dernier pour Grandir (dans le nouvellsite) et le Paris de Sophie Fontanel (pour edelweiss) avec en prime une journée à travers Parsi en sa compagnie ;) c'est Sophie et son blog qui nous ont mises en lien ?

Anaïk : très délicat et pudique, tu verras....

yadesfois a dit…

J'ai adoré ton article dans le Temps, je me réjouis de lire ce livre, en fait je cours me l'offrir ce week-end. Merci pour cette sensibilité à fleur de peau.
Je t'embrasse.

L'armadio del delitto a dit…

Fabuleux! Un échange Sophie-Sarah ne pouvait qu'etre vrai, bon, plein de délicatesse. Je n'ai pas encore lu L'Envie, mais j'ai l'impression que ce livre ne parle pas seulement du fait de ne pas avoir de "partenaire" (je déteste ce mot: "partenaire" me fait penser à tout sauf à des bras qui soutiennent). Je crois qu'il parle du fait que nous les femmes, depuis que nous sommes "libérées", nous sommes emprisonnées dans quelque chose de pas vraiment mieux: l'image de la femme parfaite, celle qui est belle, sexy, carriériste et maman à chaque moment de sa vie, et surtout parfaitement mince et jamais fatiguée s'il vous plait. La femme est confrontée à l'image de la perfection et se sent automatiquement rabaissée, parce que maintenant elle n'a pas de vie sexuelle, demain elle n'aura pas d'augmentation, hier elle a pris un kilo. Etre libérée c'est se ficher de cette norme impossible et frustrante, et cela demande une grande force de caractère. Bravo Sophie!

4 petits suisses dans un bol de riz a dit…

Hmm, soit Sophie (que je connais uniquement par blogs interposés depuis son passage en Asie), soit Polly, alias Valérie, que je côtoyais souvent lorsque je travaillais pour Profil. Ce qui est fou c'est qu'il a fallu que je sois privée de presse écrite pour découvrir la blogosphère! Shame on me! :)