dimanche 31 juillet 2011

Mes lectures de juillet


L'une des oeuvres présentées à Bex Arts - Exposition à ne pas manquer* - jusqu'au 25.09.2011

Allez comprendre pourquoi, j'associe la lecture à l'été. Alors que de janvier à décembre, je dévore autant de bouquins. Ce qui me vaut des matins difficiles. Je vous fais un compte-rendu superficiel de quelques-unes de mes lectures de juillet. A la flemmarde ! Dans mes découvertes, il y a du réchauffé, de vieilles sorties, des livres oubliés dans ma bibliothèque. L'été, plus qu'à un autre moment de l'année, je suis moins exigeante et plus ouverte à lire tout ce qui me tombe sous la main.  Les conseils d'amis ou au hasard d'un poche posé sur la devanture des rayons des kiosques à journaux. Quoi qu'il en soit, des moments délicieux.



Olivier - Jérôme Garcin

Un livre intimiste, des souvenirs d'enfance, des images figées éternellement. Une vie, celle de l'auteur, jalonnée par l'absence impérissable d'Olivier, son frère jumeau décédé accidentellement à l'âge de 6 ans. Il couche des mots pour lui et nous entraîne dans une douleur parfois reniée, une absence toujours vivante. Jérôme Garcin n'a jamais comblé le vide laissé par son frère. Il sait ou imagine qu'il l'attend. Pas de pathos dans ce récit mais le long cheminement pour apprivoiser l'absence. J'ai aimé son écriture. Je comprends que le thème puisse refroidir certains. Mais il a réussi, malgré cette tragédie familiale, à ne pas tomber dans le piège des larmes faciles. Un très beau livre.

La délicatesse - David Foenkinos

Caroline a aimé ce roman. Je l'ai (presque) détesté. C'est intéressant de découvrir des points de vue différents. Convenu, des phrases toutes faites, très (pardonnez-moi) cucul la praline. Hormis quelques passages plaisants grâce à Markus, l'un des personnages décalés. Les éloges et les prix littéraires m'ont laissée pantoise plutôt qu'admirative. L'histoire en bref. Une femme/un homme, un grand amour. Lui décède brutalement, elle dérive dans la souffrance. Et revient à la vie grâce à son collègue suédois, Markus. Aucune surprise !

Tout ce que j'aimais - Siri Hustvedt

Avant de me lancer dans son dernier roman, Un été sans les hommes, j'ai mis la main, par hasard sur ce livre. J'ai eu de la peine à me laisser embarquer. Passé la cinquantième page, j'étais complètement sous le charme de l'imaginaire intelligent et subtil de Siri Hustvedt.  Ce roman débute sur l'histoire d'amitié née entre Léo, critique d'art et professeur, et Bill, artiste peintre. Le premier avait acheté un tableau au second dans les années septante. Siri Hustvedt par sa minutie des détails, par la poésie des rapports humains, par l'effet de ricochets des uns sur les autres, par l'interaction entre les personnages leur donne vie, littéralement. Grâce à ces deux hommes et leurs épouses, leur deux fils et quelques autres personnages secondaires nous suivons avec émerveillement leur quotidien, avec émotion leurs difficultés, durant 20 ans.  J'ai été subjuguée par la richesse de son écriture, pas son analyse fouillée. C'est une sorcière, Siri Hustvedt. Une sorcière des mots.

Comme à mon habitude, lorsqu'un livre m'émeut, je veux lire tout ce que l'auteur a publié. De quoi occuper les mois à venir !

La confession - John Grisham

Le rouleau compresseur du best-seller, l'homme au dizaine de millions d'exemplaires de livres vendus dans le monde signe, à nouveau un thriller. C'est exactement le genre de bouquin à lire durant les longues journées. On se laisse porter par l'intrigue, rien de compliqué, des rouages et des ingérdients parfaitement dosés pour nous tenir en haleine. Dans ce dernier John Grisham, un jeune afro-américain va être exécuté pour le meurtre d'une étudiante. Meurtre commis plusieurs années auparavant. Son avocat se démène comme un beau diable pour l'innocenter. A des centaines de kilomètres, un marginal atteint d'une tumeur au cerveau, confesse ce crime à un jeune pasteur. Un peu de rocambolesque, un doigt de suspens, un poil d'émotion, des retournements de situations et nous voilà emballés. Un bon moment, agréable. Sans plus.

Je me réjouis de connaître vos lectures ou vos avis ;) Un roman d'été de Nicolas Fargues m'attend sur la table de nuit..

* même si, à boire et à manger. Le site est déjà en soi, sublime... Ca vaut la peine de passer un moment. Les enfants y sont, en général, très sensibles.

18 commentaires:

Marion T. a dit…

Pas d'accord pour la délicatesse que j'ai adoré ! Mais chacun ces goûts ! Puis j'aime le cul cul la praline aussi =D Les autres à découvrir !

Bonne soirée ;)

Sarah a dit…

Marion T : Je sias que "la délicatesse" a été très apprécié. j'avais hâte de le lire d'autant que l'amie qui me l'avais conseillé a des goûts que j'apprécie. Une question de moments, de lectures jsute avant ou après. Je ne sais pas. Il m'a agacée très vite. J'étais étonnée et déçue même de ne pas l'avoir aimé. e tmoi aussi le cucul la praloche j'aime. des fois ;))

Isa a dit…

J'ai beaucoup aimé Un été sans homme de Siri Hustvedt et je te le conseille vivement !
Pour ma part, ma pile de livre à lire est assez eclectique en ce moment et j'ai surtout beaucoup de mal à la faire descendre ... et ça me desespére !!

jicky a dit…

l" "Olivier" de Jérôme Garcin m'a, tu le sais, emballée autant qu'émue... Une magnifique réflexion sur la vie, sur l'identite et sur qu'est être "soi", un ou plusieurs, dans la vie...Et surtout un livre qui est, en lui-même, une revanche sur un drame et qui prouve combien la "litterature n'a aucune utilité, sinon qu'elle aide à vivre" (kika dit ça?? "concours inside" :-)... C'est André Gide), et c'est immense, du coup...

Sarah a dit…

Isa : Faut se laisser vivre avec les livres. parfois on est affamée, aprfois moins... Mais quand on est mordu, on y revient toujours ... non ?

Jicky : Que vuex-tu... lorsque c'st si bien écrit, que les mots glissent beaux et purs, que chacun est choisi avec soin, je me délecte. Si en plus, l'histoire est touhcante, qu'il continue de vivre, le livre, bien après la lecture... quoi de mieux ? Oui, je connais cette phrase, me souvenais pas/plus/l'ai-je vraiment su un jour, que c'était Gide... Il avait tellement raison.

Spiruline a dit…

Ola Bella :-)Siri Huvsted faisait partie de mes choix de l'été. Hélas, je n'ai pas réussi à trouver une version epub à lire sur mon Ipad et comme j'avais décidé d'alléger mes bagages, j'ai renoncé à emmener des versions papier. Ton compte rendu me donne juste envie de courir à la librairie la plus proche. A tout bientôt et becs patriotiques!

Merryflo a dit…

Bonjour, j'hésitais pour "La délicatesse"...
En vrac, mes dernières lectures "Le Prince de Marées" de Pat Conroy que je viens de finir, long mais passionnant.... "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" de de Mary Shaffer que j'ai adoré (au moins 5 étoiles!!) tout comme "La Grand-mère de Jade" de Frédérique Deghelt dont j'ai dû relire la fin au moins trois fois pour me persuader de ce qu'elle avait écrit... "Le mec de la tombe d'à côté" de Katarina Mazetti, truculent, j'attends de voir ce que donne le 2ème. Par contre, décue par le 3ème Pancol "Les écureuils....." alors que j'avais adoré les deux premiers. Mais celui qui m'a laissé le plus de sentiments forts, c'est "Le Livre de Dina", trois tomes de de Herbjørg Wassmo. La suite sera dans mes baggages d'été, de même que "Rose" de Tatiana de Rosnay et la suite "Des piliers de la Terre" si j'ai le courage d'entamer un tel pavé. Présentement, plongée dans "Le Goût des pépins de pomme" de Katharina Hagena, ça commence pas mal mais encore trop tôt pour se prononcer.... Alors, à votre avis, est-ce que j'aimerai "la délicatesse" ?? ;-)
Merci pour vos textes.....

Anonyme a dit…

Bonjour Sarah, cet été a presque été un sans faute pour moi avec mes livres, ils m'ont tous transportés, sauf ...la Délicatesse ...! J'ai adoré Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine. J'ai versé beaucoup de larmes avec Nos étoiles ont filé d'Anne-Marie Revol, livre sublime, que je déconseille pourtant de lire en vacances ...Et pour finir Sexe au Vatican de Carmelo Abbate, livre explosif ! Merci et bravo pour votre blog
Monia

Balibulle a dit…

Merde alors, je l'ai acheté aussi "La Délicatesse" et ne me suis pas encore plongée dedans. Je te dirai... Et en te lisant à propos de Siri Hutsvedt, je me rends compte que je n'ai gardé absolument aucun souvenir de l'intrigue de "Tout ce que j'aimais", que j'ai pourtant lu à sa sortie. Juste la sensation que c'était lent et long, mais chargé, quand même, de charme et d'une belle atmosphère (les quelques Paul Auster que j'ai lus m'ont fait le même effet, d'ailleurs). Si tu aimes les "page turners", je te recommande l'assez réussi "Avant d'aller dormir"de SJ Watson, qui est d'ailleurs en tête des ventes en ce moment. Une femme qui, chaque matin en se levant, a oublié les 20 dernières années de sa vie...

Sarah a dit…

Spiruline : C'est lent, beau, fort. C'est une vraie intellectuelle, des recherches incroyables, de la finesse. Après son mair dont j'ai été amoureuse il y a pfiouuuu des années et des années, elle.... c'est quelque chose. Ce n'est plus la femme de Paulo mais Paul Auster est le mari de Siri. Si tu vois ce que je veux dire... Tu me diras.

Maryflo : Oh ! mais merci pur ces références. J'avais lu les piliers de la terre, il y a longtemps. Le reste, yc Tatiana, je ne l'ai aps lu. entendu dire que... je note tout religieusement. C'est difficile à dire si un livre plaira ou non. Pour la délicatesse, j'en arrive à me dire que j'ai un souci ;) les personnes qui l'ont aimé ont des goûts souvent similaires au mien mais là, ça n'a pas pris entre lui et moi. Tu ne risques pas grand chose. et de toute manière, lire amène toujours quelque chose en nous, même si c'est de la critique négative. Il y a toujours, souvent une parcelle qui reste ;)

Monia : Merci aussi à toi. Qu'est-ce que tu n'as pas aimé dans la délicatesse ? si je puis me permettre ;)

Bali : Tu me diras, ça m'intrigue ;) Merci pour ce titre, honte à moi je l'avais loupé. Je l'ai commandé de suite... Me réjouis. A propos de cettte expression anglaise, est-ce une expression qu'on peut utiliser lorsqu'un livre nous a fait cet effet ou uniquement lorsque c'est l'avis (unanime) du lectorat et des critiques. Je ne sais pas ... Pour ce bouquin précisément... j'avais tenté de le commencer l'an dernier, l'avais reposé après quelques pages, l'ai rachté sans me souvenir que je l'avais (!!!) et en passant ce cap qui me donnait l'impression de traîner et de sembler long, j'ai complètement été charmée... Je termine Fargues ce soir et je commencerai le premier livre de Siri, les yeux bandés.... Quelle bavarde...

Anonyme a dit…

En vrac voici les derniers livres lus, sortis il y a plus ou moins longtemps, ils m'ont enchanté. le dernier en date c'est Le Pays des Marées d'Amitah Gosh, N°4161 10/18, il y a une rencontre inouïe entre une jeune scientifique qui étudie les dauphins et un pêcheur. J'ai adoré la complicité au-delà des mots de ces deux êtres. J'avais aimé l'écriture d'anne de Vigan No&Me, je viens de lire Les heures souterraines, criant de vérité.Il y a aussi Maylis de Kérangal, Corniche Kennedy (Verticale) est une beauté violente, j'aime comment elle "claque" les mots. Naissance d'un Pont aussi ! Elle a vraiment pas peur, elle y va et ça me touche beaucoup. Le subtil et incroyable livre d'Angélique de Villeneuve (Phébus) Grand Paradis sur les femmes qui ont été les victimes.cobayes de Charcot. Et après avoir lu récemment le Dîner en Ville de Proust sur le snobisme mondain j'ai très envie de lire ce livre découvert hier.
http://passouline.blog.lemonde.fr/2011/08/01/proust-derriere-les-barbeles/ Sunny

Flora a dit…

Rhooo moi j'ai beaucoup aimé La délicatesse de David Foenkinos.

Je suis très à fleur de rose lol.

Les autres, je ne les connais pas !

Poppins a dit…

J'adore l'été, aussi pour ça: les livres! c'est synonyme de chaise longue, de lecture, et de lecture... hum!
Alors, je viens de terminer le dernier Servan Schreiber, et je n'ai pas lu le lâcher: ce n'est pas tout larmoyant, émouvant, oui, incontestablement, et belle philosophie de vie. Après, dans un autre genre, j'ai lu Sylvie Testud: drôle, ça se lit vite. J'ai adoré en vrac: le goût des pépins de pommes, le cercle littéraires des amateurs d' épluchures de patates, petit Tom (et du coup comme d'habitude dès que j'adore un bouquin, je me suis précipitée sur les autres livres du même auteur: et là je n'ai pas été déçue),le mec de la tombe d'à côté, et la suite dont je ne me souviens plus le nom.
Et en réserve, j'ai le chemin de Compostelle d'Alix de Saint-André, un autre de Sylvie Testud, et puis d'autres que je ne connais pas et dont je vais pouvoir me délecter dans une dizaine de jours.

A bientôt,
Bises,

La smala a dit…

Merci pour tous ces avis et conseils, j'adore ...

Zabou a dit…

Figure toi que j'ai lu "Le potentiel érotique de ma femme" de Foekinos en vacances et que, malgré les vives recommandations de Bavardises et de Galliane (dont j'aime beaucoup le style d'écriture), je n'ai pas aimé non plus le style. Pas très intéressant, des moments tu sens que l'auteur a voulu te tirer un sourire mais qu'il n'y arrive pas, bref, j'aurais aimé l'aimer mais non... Par contre, j'ai A-DO-RE Les invités de Pierre Assouline, je te le recommande vivement! Des bises!

Zabou a dit…

PS: je vois ta réponse au comm' de Marion et moi aussi, c'est tout à fait le mot, Foelinos m'a agacée... Dommage...

anne-laure a dit…

du meme avis que vous concernant "la délicatesse".Moi aussi ce livre m'a presque énervée...
les livres de tamara McKinley sont tres tres bien(enfin selon moi :)) et tres emouvants.
mon prochain sera "la couleur des sentiments".
Merci pour ce post,j'adoooore lire!

Sarah a dit…

Zabou : Et il a un agent qui le palce dans touuuus les mags avec sa nouvelel rentrée littéraire. Bon je veu bien tenter encore un pour être impartiale. Il m'agaçait sans que je ne sache de quoi il avait l'air et Dieu sait pourquoi sa mise en avant médiatique m'insupporte encore plus.

Anne-Laure : Tu dois être la pfiou, je ne sais plus combientième personne qui me recommande ce livre. Merci il va falloir que... je crois ;)