mardi 12 janvier 2010

Les tiroirs à malices - Hélène Bruller

Hélène Bruller porte un t-shirt See by Chloé - Veste Agnès B. - Jean Notify - Boots Free-lance - Photo@ Lionel Flusin

Pour vous parler d'Hélène Bruller, je pourrais vous dire qu'elle est Parisienne, illustratrice et dessinatrice de talent. Que ces BD sont caustiques et piquantes, qu'elle a coécrit "Le guide du zizi sexuel" qu'elle a cherché le prince charmant, qu'elle s'est traitée de "salope" publiquement, qu'elle se moque de son entourage dans "Love" et j'en passe. Petite-fille de Jean Bruller dit Vercors , épouse de notre Zep national... Tout ça on le sait ou on peut le trouver facilement en la googelisant.

Dans "Les tiroirs à malices", c'est sous un autre jour qu'Hélène Bruller se dévoile. Son style et son allure me séduisent depuis longtemps. J'ai osé lui demander de démarrer cette nouvelle rubrique sans trop savoir si elle aimait vraiment la mode. Elle s'est révélée une vraie modeuse. Elle s'est livrée avec franc-parler, sans retenue, loquace, partageuse, entière, attachante. Comme dans ses livres, on devine quelques angoisses masquées sous un trait d'humour. Ses réponses sont pertinentes, brutes, explicites, pas chichiteuses pour un sou.

Craquante, Hélène Bruller! Je vous laisse en sa compagnie...

Votre héroïne est habillée "très adolescente" encore, sans connotation particulière à un genre, est-ce délibéré ?

Quand mon héroïne a attrapé son style vestimentaire, j'avais 12 ans de moins... C'est tombé à un retour de voyage de New-York. Je dessinais mes humeurs, comme d'habitude, et j'avais rapporté en souvenir, un t-shirt blanc à manches rouges, 3/4 raglan, avec un "I love NY" (le coeur à la place de love, comme le veut la tradition) sur le devant. J'ai mis des manches bleues à celui de mon personnage pour palier au fait que, par feignardise, j'ai omis le message de la poitrine. Ce style a tenu quelques années, mais du haut de mes 41 ans et de mon dressing d'aujourd'hui, (hé ouais ! A mon âge on gagne mieux sa vie. Dans quoi voulez-vous que je mette mon fric en dehors des fringues ??) je ne cesse de me dire que c'est un t-shirt de merde qu'elle porte. Mais que je l'ai échappé belle : vous imaginez la tronche de ma nana si je l'avais dessinée à un retour de voyage en Irak ?

J'imagine que pour votre dernière BD "Love", vous avez prêté très attention aux tenues, aux détails ou est-ce "autre chose" qui vous a marquée pour dessiner vos personnages ?

C'était très rigolo parce que j'ai dessiné 25 des personnes que j'aime (y en a une ou deux inventées et que je n'aime pas mais elles sont là quand même). En jetant sur le papier l'aspect physique que je leur attribuais dans mon esprit, je me suis aperçue que je n'ai eu aucune hésitation pour leurs vêtements. C'est comme ça que j'ai réalisé que je mémorise les personnes qui comptent pour moi avec un aspect physique et des expressions, mais aussi avec une fringue qui, à mes yeux, les représente.

Après une adolescence limite punk, quand avez-vous eu l'impression de trouver votre style ?

Je ne l'ai jamais trouvé. Toujours pas aujourd'hui. J'achète de trucs qui me plaisent tous styles confondus. Je me fous d'être hors mode et qu'on me matte comme si j'avais trois têtes dans la rue, je me fiche aussi d'être complètement à la mode et qu'on me matte comme une fashion victim, atteinte de jeunisme, Mais un mot relie toutes mes tenues et se précise d'année en année. Un mot qui me correspond, dans lequel je me sens bien et me plaît depuis ma petite enfance. Quand à 7 ans je regardais, envieuse, le pantalon de cuir et les santiags d'une fille de la cour. Ce mot c'est "rock". Je peux mettre une robe féminine ou un jean noir usé, un t-shirt AC/DC ou une jupe à volant, la pointe rock s'impose. Je ne sais même pas comment, mais maintenant c'est trop tard, c'est dans mes gênes.

Aimez-vous "fouinez" vos vêtements ou avez-vous vos habitudes et des goûts précis ?

J'aime chercher partout, à des endroits insolites. Des belles boutiques fashion aux brocantes les plus londoniennes. Mais je reconnais que je vais instinctivement vers les créateurs. J'aime la qualité et je n'ai pas le cul pour me permettre de porter du cheap vaguement coupé...

Quels sont les lieux (villes ou noms de boutiques) où vous dénichez vos habits ?

A Paris, je traîne mes boots Marant au Bon Marché qui est un peu mon QG depuis toujours (c'est le quartier où j'ai grandi), j'aime bien les friperies du Marais, faire un tour aux Puces de Clignancourt, usurper les fringes des jeunes chez YAM (le Bonpoint des grandes), remplir mon tiroir à sweats chez American Apparel et celui à lingerie chez Eres. A Genève, je vais toujours chez Septième Etage (place du Perron), chez Noa (rue du Vieux Collège), à l'Adresse (rue du 31 décembre) et chez Jill Wolf (Grand-Rue) pour les bijoux.


Les bijoux ou les fringues ont-ils une histoire ou vous mettez et vous passez à autre chose ?

J'ai de tout : de l'affectif, de l'éphémère, du symbolique. Du "que je mettrai toujours", du "que je ne mettrai qu'un temps", du "que je viens d'acheter et que je ne mettrai jamais". Je déteste cette dernière catégorie, mais mes copines et ma frangine l'adorent : quand je finis par accepter que mon achat était encore une connerie compulsive, elles récupèrent des trucs neufs.

Est-ce que le vêtement peut vous rebooster ou, dans les mauvais jours, vous traînassez en jogging informe ?

Je déteste me laisser aller physiquement. Il arrive que je reste en pyjama une partie de la journée, par flemme, quand je suis malade ou un peu down. Mais je ne mets jamais VOLONTAIREMENT des habits de merde. Quitte à aller prendre ma douche pour me changer, autant mettre des fringues dignes. Même pour aller courir je ne mets pas n'importe quoi. Si je porte mon jogging American Apparel gris chiné, je ne mettrai pas un sweat gris chiné, surtout si c'est un gris différent d'une autre marque. Prendre le premier t-shirt sur la pile ? Pourquoi faire si j'ai le choix ?

Etes-vous folle d'accessoires ou d'un type de vêtement ?

Je suis dingue de boots (mais je tolère toutes les chaussures). J'ai toutes les couleurs des boots Isabel Marant sauf en rouge (taille 38, pour celles qui voudraient en chercher une paire pour moi !). Je ne vivrai pas sans jeans. Je ne sais même pas combien de paires j'en ai. C'est la base de tout. Je suis aussi une tarée de sacs, j'en change tout le temps, mais c'est normal, j'ai une personnalité très instable même si je suis très sûre de moi en contrepartie. Malgrés trois ans d'analyse, le besoin de changer de sac est toujours là, aussi rassurant que d'avoir un appartement dans chaque ville du monde (le top du rassurant pour moi).

Des marques fétiches ?

Pour les boots, j'ai répondu. Pour les sacs, Jérôme Dreyfuss, YSL, certains Chanel (les plus simples où on en voit pas la marque dans tous les coins), les Chloé sont beaux mais trop lourds, donc bannis. J'aime le Birkin d'Hermès, les besaces Upla, mes sacs de brocantes qui n'ont plus de marques, mon bon vieux U.S. dont je n'ai retrouvé qu'une pâle copie. Pour les jeans, le gris/noir de Notify, les slims bleus de chez H&M (et oui ! pour les jeans ils sont aussi bons qu'une grande marque!), les baggys de Current & Eliott. J'aime me faire des écharpes Wool ant the Gang et les ordinateurs chez Macintosh.

Y-a-t-il une différence de style vestimentaire entre Paris, votre ville d'origine et Genève ?

A Paris il y a tout et tout le monde ose. A Genève, les boutiques et les clientes ont cette retenue typiquement suisse que je déteste en matière de mode. Les boutiques que j'ai citées plus haut, sont des boutiques très parisiennes et aussi un poil new-yorkaises : sans concessions, sans limites, avec des variations très originales ou très poétiques autour d'une ligne de caratère. Leur particularité est qu'elles sont tenues par des professionnelles de la mode, des femmes qui aiment et admirent le talent des créateurs, qui prennent des risques pour valoriser leur passion au lieu d'esssayer de viser un coeur de cible, cliché à Genève : la femme de banquier bling-bling ou la maman au foyer grise et marron. ces places to-be marchent très bien. Ce qui prouve que les Genevoises n'attendent qu'un signe pour s'amuser.

Avez-vous des fringues liées à un souvenir que vous gardez précieusement ?

Mon blouson de cuir motard bleu/blanc/rouge, offert pour mes 19 ans (je crois) par ma mère (super fière de m'acheter une fripe rock'n'roll alors qu'elle est plutôt du genre méga stylée Chanel, Paris 6ème, chaussures Ferragamo et sacs Hermès) aux Puces de Clignancourt. Le blouson de cuir noir, proche du perfecto que je portais quand j'ai vu mon mec pour la première fois (je ne rentre plus dedans mais je ne désespère pas), la combinaison intégrale rose que je mets pour peindre, mes multiples bracelets de chez Jill Wolf que je ne quitte même pas sous la douche.

Le style de votre mari a bien évolué avec les années. Est-ce l'âge (?!) ou vous y êtes pour quelque chose ?

C'est moi ! Incontestablement ! Mais il ne se laisse pas faire comme Ken. Dommage ! Il trouve que le shopping est une perte de temps, mais il peut passer des heures à faire une bataille de boules de neige sans gants (donc il est fou). Il lui arrive de s'acheter des trucs tout seul (je vous l'ai dit : il est fou). Mais la plupart du temps il me demande de l'accompagner et il suit souvent mon avis. Sauf pour une chose. Motif de guerre et probablement cause de divorce si ça arrivait : il s'obstine à porter ces épouvantables petites chaussures de sport avec des bandes, style chaussures de football. Tous les mecs ont ça maintenant et moi, je hais ces...choses. Ce ne sont pas des tennis, ce ne sont pas des chaussures. Elles ont des semelles tellement fines, que les mecs ont l'air de se promener en chaussettes à motifs. Pour moi c'est aussi grave que toutes ces femmes qui portent ces affreux souliers de petites filles (grosses semelles caoutchouc, galbées et débordant, comme si elles avaient marché sur un chewing-gum - chaussures à bout rond ou rond-carré-biais) dont Campers et Kickers se disputent le marché. Mais je n'ai pas tant d'éxigences que ça. Une seule règle à respecter ; je peux vivre avec un mec qui porte des fringues de chiotte s'il s'en fiche sincèrement, mais je ne peux pas vivre avec un mec qui choisisse ses fringues avec un goût de chiotte...

Outre sa dernière BD "Love", parue chez Drugstore, Hélène Bruller fourmille de projets. Elle prépare son site internet www.helenebruller.com , elle souhaite créer un nouveau sac en tissu imprimé et des fringues. Elle réalise également une sculpture de son personnage avec une mise en place un peu particulière et marrante. Tout en travaillant sur un nouveau bouquin entièrement à la gouache (de grandes illustrations associées à une phrase, style "les Parisiennes" de Kiraz ou les gags de Sempé).

J'espère que vous avez eu du plaisir à connaître un peu mieux Hélène Bruller. Quant à moi, je vous dis au 12 février prochain pour un nouveau "Tiroirs à malices".

36 commentaires:

Anonyme a dit…

Cool! j'ai adoré cet interview. Merci! Audsie

Anonyme a dit…

Alors c'est elle, ta mystérieuse vedette. Bravo, pour une première tu fais fort! En plus, j'ai l'impression que vous êtes sur la même longueur modesque, me trompe-je?
Becs belle valaisanne
Spiruline

Madame Kévin a dit…

Quelle interview ! On est très loin des entretiens formatés des magazines. Bravo à toutes les deux !

emiiiiiii a dit…

J'adore cette femme! Et aussi beaucoup ses chaussures!!!

Bravo pour ce travail de pro. C'était vraiment génial!

Laure a dit…

Bravo Sarah! Quelle belle nouvelle rubrique!
Je veux ces boots, et 38 c'est parfait ;-))

Anonyme a dit…

Merci! J'ai beaucoup aimé!
Cat

isabelle a dit…

j'ai adoré! Bravo ! J'ai aussi ressenti que vous étiez sur la même longueur d'onde. Et quelle nana ! (je vais aller zoner à la FNAC pour aller voir de plus près ce qu'elle fait...) La femme de Zep? Et la petite fille de Vercors? Tu parles si je ne vais pas la lâcher des yeux maintenant!
Quelle super idée ton interview... Et les flèches sur les photos: top!

Sylvie a dit…

J'adore les histoires de fringues et de dressings! Bravo pour cette interview! J'adore Zep aussi...!

marigaz a dit…

Hey, j'ai adoré cette interview... J'ai découvert Hélène Bruller l'année dernière en fait, quand Mini Blonde a reçu pour ses 9 ans "Je veux un Prince Charmant"... Pas vraiment adapté pour une donzelle de 9 ans, qui m'a dit texto "t'as vu, Mam, dans le livre qu'on m'a acheté, y'a une dame on voit ses nénés... (la gosse mdr)"... Donc, je me suis penché sur le cas du Prince Charmant et j'ai tout dévoré !
En me marrant comme une damnée, évidemment !
J'ai acheté le "Love" quand il est sorti cet hiver comme cadeau à une charmante blogueuse dessinatrice qui est venue garder Mini Blonde à la maison pendant que sa mère allait s'éclater à un concert ^^
Mais avant de l'offrir, je doit dire que j'ai tout lu dans le magasin (note à Minisushi si tu passes par là : j'ai reposé celui que j'ai et t'en est offert un en dessous de la pile ^^) ... et me suis encore bien marrée...
Alors merci mille fois, chère Sarah pour cette rencontre inespérée...

Message perso à l'attention d'Hélène Bruller : Je taille également du 38, au cas où vous chercheriez à vous débarrasser de vos low boots Marant... ?!

Anonyme a dit…

Formidable cette nouvelle rubrique !

Débuter par Hélène Bruller - une fille épatante, de l'humour (noir) à revendre, et férocement talentueuse - ça met la barre très haut pour les suivant(e)s ! Me réjouis déjà ...

Quant aux goûts modesques de la belle Hélène, on valide ses adresses genevoises, les yeux fermés.

Merci et bravo, chère Sarah.
Bisous,

Lili

L'armadio del delitto a dit…

Super interview! Bravo!
Mon Dieu que de vetements et accessoires cités dont je reve! Plein de boots Isabel Marant!

ElodieVeryPetit a dit…

Quelle collection de jeans ! Waouh !

M1 a dit…

Quel plaisir de lire cette itw ! Avec son talent et ses goûts, c'est normal que certains la traitent de salope, mais ça rreste une salope qui a beaucoup de talent !

verycynthia a dit…

Je ne la connaissais pas, mais j'ai hate de decouvrir! Surtout apres cette interview... Elle a l'air fort sympathique!
Chouette rubrique Sarah!!!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Sarah a dit…

Anonyme : Quel courage ! Donner un avis à l'emporte-pièce sans signer pour ne devoir mettre votre mail !
De toute manière dès que quelqu'un est plutôt bien fait de sa personne, talentueux, avec un peu d'argent et en plus "connue". La critique est trop facile.

Anonyme a dit…

merci pour cet interview que j'ai eu énormément de plaisir à lire.
J'ai toutes les BD d'Hélène Bruller. Elle est bourrée d'humour, elle a du chien et elle belle comme tout. En plus je découvre qu'elle a un dressing de rêve. Vraiment, elle exagère !

Longue vie à cette nouvelle rubrique !

léontine

kathleen a dit…

Cool l'interview !

Galaecia a dit…

Je trouve cette nouvelle rubrique top! Elle permet de s'évader le temps d'une lecture et de découvrir des gens sous un autre angle tout en restant fidèle à ton fil rouge.

Un grand merci!

Lululike a dit…

J'aime beaucoup ta nouvelle rubrique !

En tout cas ce qui est sur, c'est que je lui piquerait bien son dressing héhé ;o))

louisesoon a dit…

elle me fait rire avec sa vision des kickers/camper!
Je ne connaissais pas cette demoiselle qui m'a l'air bourree d'humour, et charmante pour ne rien gacher!

Anaïk a dit…

Comme tu as dû te régaler avec cette fille, j'aime bien sa façon de s'exprimer sans détour et avec un bonne dose d'humour, elle sait ce qu'elle est, ce qu'elle aime, ce qu'elle veut ou pas et pour ne rien gâcher, c'est une bombe atomique, la pourrisse ! Bravo Sarah pour cette première interview, une bien chouette chronique, vivement février ! Bizzzz

frieda l'écuyère a dit…

Un ré-gal !

Longue vie à ta rubrique !

Et rien que "Pour moi c'est aussi grave que toutes ces femmes qui portent ces affreux souliers de petites filles (grosses semelles caoutchouc, galbées et débordant, comme si elles avaient marché sur un chewing-gum - chaussures à bout rond ou rond-carré-biais) dont Campers et Kickers se disputent le marché" un grand merci à Hélène.

Lolotte a dit…

Sympa cette nouvelle rubrique. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître et elle me plait bien Hélène Brubber. Merci à vous deux.

Lolotte a dit…

Bon, je voulais dire BRULLER ...

sweetmilk a dit…

ha, j'adore Helene Bruller, son humour et ses BD !
Mais, je ne savais qu'en plus j'adorais son dressing !
Merde, je veux ses shoes, toutes là !!
Bravo pour cette nouvelle rubrique Sarah, c'est génial, vraiment !
J'ai hâte de découvrir tes prochaines itw !

MISS GLITZY a dit…

C'est surtout que je la découvre... Merci!!!

Little Style Box a dit…

Ah, je la connaissais avant ton entretien, elle fait de super bd. C'est cool que tu aies pu nous en faire découvrir plus sur elle !

Sarah a dit…

Audsie : Merci, je suis ravie. :-)

Spiruline : Euh.. j'avoue que je plussoie ces goûts, mais je ne le savais pas avant !

Mme Kévin : Mais toi ! Tu trouves toujours le petit truc que je voulais faire passer sans le dire franchement. L'avantage d'un blog est de pouvoir faire une itw sous forme de conversation...

Emi : Merci et pour les shoes, tu penses si on est d'accord !

Laure : Je n'ai jamais vu les boots IM en rouge, si jamais, hein ?

Cat : Merci, suis super contente. J'avais des craintes...

Isabelle : Une dessinatrice rencontre une styliste... Pour une fois que c'est moi qui peux te faire découvrir quelqu'un .

Sylvie : Et ça continue tous les mois ....:-)

Mariga(z) : Mon grand a lu HB est une vraie salope, le petit est fou des mini-justiciers. Et nous avions été à Paris exprès pour l'expo du Guide... Quoi ??? C'était pile pendant les soldes de juin ??? Tu penses si ce n'était pas fait exprès !!!

Lili : Je dois dire que ces adresses, tu penses si on les valide. Par contre les bracelets je ne connaissais pas, mais je sias où je vais fureter la prochaines fois. Et toi ?

L'armadio del delitto : Moi aussi, j'aime vraiment beaucoup...

ElodieveryPetit : Moi ce sont ces jupes Isabel Marant qu'on voit sur l'une des phots.

M1 : c'est sûr que les gens n'aiment pas le succès, en plus teinté d'une belle histoire d'amour et un physique avenant...surtout en Suisse !

Verycynthya : Je suis contente et tu me diras, tu verras c'est pétillant et frais...

Léontine : Merci pour ce chouette com...

Kathleen : :-) :-)

Galaecia : ca me fait plaisir ce que tu me dis, c'était exactement ce que je souhaitais. Merci, ça me touche .

Lululike : J'avoue, j'avoue...tout à fait d'ac avec toi !

Sarah a dit…

Louisesoon : Moi aussi, sauf que j'ai une paire que je refuse de jeter. Sans le chewing-gum débordant, avec unes photo d'ane sur un pied et une de mouton sur l'autre. Je les aime d'amour ! Bon c'est pour marcher !

Anaïk : tu me fais trop rire ! :-)Merci pour ton enthousiasme !

Fri : Il y a quelques répliques tordantes. j'ai lu des dizaines de fois ses réponses et à chaque fois je souriais ou hochais la tête...

Lolotte : J'espère que les autres vous plairont. Programmé jusqu'en avril !!

Sweetmilk : Tu apprécieras d'autant plus ses BD... tu ne crois pas ?

Miss Glitzy : Quand on connait quelqu'un pn pense que c'est le cas de tout le monde. Je suis ravie de t'amener une dessinatrice dans ton monde :-)

LSB : C'est surtout elle qui a été cool !

Anonyme a dit…

Félicitation chère Sarah...
Toute émue en t'imaginant dans le rôle de la journaliste...
Que cet interview soit le premier d'une longue série...
Longue vie à ta nouvelle rubrique !
Bec
Viou

Peejay Li a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
ithaa a dit…

Très belle interview!
Je lui piquerai bien ses paires marant!

Sarah a dit…

Viou : merci :-) j'espère, j'espère...

Ithaa : Merci et pas que les Marant :-)

Zabou a dit…

Ayé, j'ai pris le temps de lire cette excellente interview, en mode psychanalyse du dressing... j'aime le fait qu'elle avoue encore n'avoir pas de style défini, ça me rassure sur ma propre condition. Le sac aussi, comme lieu de nos instabilités, ça me touche, forcément...

Bisous

paddy-ior a dit…

toujour au plaisir de passer voir que t'es toujours ossi inspiré :)
http://dipsblacklife.blogspot.com/